Accueil| Annonces Gratuites | Publicité | Annuaire Médical Algérien | News | Nous contacter


Médecine chinoise : garder l’équilibre !

 

« Celui qui se soigne alors qu'il est déjà malade ressemble à l'insensé qui creuserait un puits alors qu'il a déjà soif. » Ce précepte tiré de la bible de la médecine chinoise, le "Neï Jing", illustre l'idée que pour les Chinois « il vaut mieux entretenir la santé que guérir la maladie ». Il n'est pas question, bien entendu, de ne pas soigner les malades, mais plutôt d'empêcher l'apparition d'une maladie éventuelle. Pour cela, il y a plus de 3 000 ans, les premiers savants de l'empire du Milieu ont élaboré un système médical complet. Celui-ci est parvenu à expliquer les fonctionnements essentiels de l'Homme, les différentes causes des maladies et les mécanismes qui en découlent.


Équilibre et harmonie

Pour les Chinois, le corps humain obéit aux mêmes lois que celles de l'Univers : la bonne santé est le résultat de l'équilibre entre le Yin et le Yang et d'une harmonie entre les cinq éléments : l'eau, le bois, le feu, la terre et le métal. Le Yin représente l'aspect féminin, les organes internes du corps, et certains méridiens par lesquels circule l'énergie vitale, le Chi. Le Yang, quant à lui, symbolise l'aspect masculin, la surface du corps, les muscles, les tendons et les autres méridiens. Lorsqu'un déséquilibre se produit entre les aspects Yin et ceux du Yang, l'organisme se dérègle et la personne tombe malade.
La médecine chinoise s'efforce alors de les rééquilibrer en combinant les cinq éléments précités, qui sont autant de mouvements qui se génèrent et s'influencent mutuellement, afin de maintenir en permanence l'harmonie. « L'eau éteint le feu, le feu fait fondre le métal, celui-ci fend le bois, le bois se nourrit de la terre, qui elle absorbe l'eau… » Le même principe divise le corps en cinq groupes de fonctions. Chaque élément correspond à un organe : le bois/le foie, le feu/le cœur, la terre/la rate, le métal/le poumon, et l'eau/le rein. Ces organes sont considérés comme des entités appartenant à une constellation de points en constante interaction. En stimulant chacun de ces points, le médecin sollicite l'énergie pour rétablir le bon fonctionnement de l'organisme.


À fleur de peau

Pour établir son diagnostic, le praticien suit toujours le même rituel. D'abord, il inspecte le teint du visage, la poitrine, les membres, puis la langue. Ensuite, il interroge le malade sur les circonstances d'apparition de ses symptômes, ses traitements antérieurs, et ses préférences alimentaires. Il écoute également la voix, la respiration, et recherche toute odeur corporelle susceptible de le renseigner sur la nature de la maladie. Enfin, il utilise la palpation pour déterminer les zones de blocage ou de déséquilibre. Le médecin tente ainsi d'avoir une vue d'ensemble de son patient afin de pouvoir élaborer une thérapeutique efficace.
Le traitement le plus connu en Occident est l'acupuncture. En France, un peu plus d'un millier de médecins généralistes la pratique. « Les aiguilles enfoncées de quelques millimètres dans la peau, au niveau de points d'énergie précis, permettent de libérer une action antalgique, puis anti-inflammatoire », explique le docteur Jean-Luc Ayoun, médecin généraliste et acupuncteur. Cette technique s'accompagne de massages ou d'un procédé dénommé moxibustion. Il s'agit d'une stimulation engendrée par la combustion, au-dessus de la zone douloureuse, de petits cônes de fleurs et de feuilles issues d'une plante herbacée, l'armoise.
D'autres méthodes, par un traitement global, visent à harmoniser les énergies. Le Qi-Gong, technique de longue vie, et le T'ai-chi Chuan se fondent sur la concentration et l'art de bien respirer. Ces deux approches se caractérisent par des exercices physiques lents et circulaires, parfois très intenses, pour assurer vitalité et longévité.

Habitudes ancestrales

Comme tout système médical, la médecine traditionnelle chinoise admet ses limites. Elle est notamment déconseillée en cas d'urgences et d'affections aiguës. Mais son approche globale est utile dans les traitements des troubles psychosomatiques, et les maladies chroniques ou fonctionnelles. D'ailleurs, l'essor de la médecine occidentale en Chine n'a pas changé les habitudes ancestrales de ses habitants. Les Chinois préfèrent toujours consulter un médecin traditionnel afin de rester en phase avec leur philosophie : vivre en harmonie avec l'Univers.

 



Rechercher sur 1sante.com


www.1Sante.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicité | liens vers 1Sante | Conditions d'utilisations | Charte Vie Privé |Nous contacter

1Sante.com © 2001-2009. All rights reserved.

Hit-Parade